Le blog voyage de Clo & Mich

All about our future trips

Jour 12 – LE trek (fin) July 5, 2010

Filed under: Thailande,Voyage — mitchb2102 @ 10:23 pm

3h du mat, je me réveille avec le derrière en compote. Nous dormons sur un plancher de bambous surmonté de 3 malheureuses couvertures. Je ne sais pas comment je m’y suis pris, mais elles ont disparu. J’en profite pour remettre une petite buche et refaire partir la belle flambée de plus belle. Le sommeil tarde à nous retrouver (Clo était également debout) mais finalement c’est reparti pour quelques heures.DSC_0408

6h du mat, ouikkkkkkk ouikkkkkkkkk. Le cochon a décidé de tourner autours de notre maison en se faisant entendre. Plutôt rigolo comme réveil … enfin rigolo quelques minutes. Après, je l’aurais volontiers embrochés sur le feu.

C’est finalement sur le coup de 8h que l’on se réveille. On a quand même pas mal dormi en fin de compte. On va dire bonjour aux locaux et notre guide vient pour nous réveiller, ça tombe bien, on est plutôt synchro.

On nous prépare un délicieux déjeuner composé de fruits frais, d’œufs, de toasts, de confiture et de thé au jasmin. Deux petits mots : un délice.

Dans le post précédent, je vous avais parlé des épreuves de Clo. Aujourd’hui matin, on peut plutôt parler de l’épreuve de Mich.

Vous, mesdames et messieurs qui me lisez. Vous me lisez certainement assis confortablement sur votre chaise de bureau, ou bien affalés dans votre canapé, ou bien encore dans votre lit, voire même pour certains assis sur le trône, le portable callé sur les genoux.

Et bien sachez que vous devez en profiter. Tous les jours, quand vous posez vos petites fesses sur ce magnifique trône qu’est le WC, bénissez celui-ci. Car quand vous devrez aller faire ce que vous avez à faire dans ce qui nous servait de toilette, vous regretterez amèrement le confort d’une planche de wc.

Etant donner que je ne peux pas restreindre l’accès au blog aux personnes majeures, je n’ai pas pris et je ne montrerai pas de photos de l’endroit. De telles visions d’horreur, c’est insoutenable.

Le ventre plein, le colon vide, on se met en route. Kai a promis à Clo que cette journée serait plus facile. On doit descendre jusque dans un village chinois qui cultive le thé, on remonte ensuite vers une cascade. On continue notre chemin vers un village Akha. Une fois fait, on passe dans un second village Lahu et finalement on va en forêt faire à manger et déguster le repas, bien évidemment.

DSC_0411 Clo est heureuse. à la sortie de notre village Lahu, ça descend. Trop faciiilllllee.

Elle déchante déjà quand elle voit la montée qui nous attend dès que l’on a passé le village chinois.

Le ciel se couvre très rapidement, on passe de la belle journée pleine de soleil à la nuit. La pluie fait son apparition et se met à tomber, mais pas la petite pluie fine bien rafraichissante que l’on aimerait avoir pour nous refroidir un peu. Non, la grosse pluie de mousson, celle qui te trempe en quelques secondes si tu n’enfiles pas vite ta cape. Clo ressort donc sa cape de clown et moi ma cape de marin pêcheur. On a le look, on dirait deux bossus (avec le sac à dos qui est couvert).

Aux yeux de Clo, on continue notre ascension de l’Everest.

A mes yeux, il s’agissait tout au plus de l’ascension de la baraque Michel.

On s’entend et on s’accorde sur beaucoup de choses, mais pas là dessus. Nous avions chacun une estimation légèrement différente du degré de difficulté de la marche :-).

On se rapproche des cascades, j’entends l’eau couler de plus en plus. Je dis même à Clo : “J’ai une idée bien précise de ce à quoi la cascade doit ressembler. Si ce n’est pas le cas, je serai déçu”. Des cascades, j’en ai très rarement vues mis à part celle de Coo. J’ai vraiment envie qu’elle ressemble à ce à quoi je me suis imaginé d’une cascade digne de ce nom.

DSC_0465 La pluie s’est arrêtée, c’est bon signe. A la fin d’un tournant, nous marchons sur quelques bambous humides et glissant et paf, une claque dans la figure. Elles sont exactement comme je m’imaginais voir une cascade. MAGNIFIQUE, un bruit incroyable. J’aurais pu y rester des heures pour les contempler et écouter le son de l’eau qui s’écoule. On y a même rencontré un pêcheur (mais sans cape) qui venait chercher du poisson serpent. Il tient son nom du fait que les écailles derrière sa tête font penser à la peau d’un serpent.

On continue notre trek, la pluie refait son apparition. On se disait que pour la saison des pluies, il n’avait pas encore plu. On a été plutôt bien servi.

DSC_0605 On fait à un moment donné une pause pour que nos deux guides puissent terminer de préparer tout ce qu’il faut pour le repas. On mangera exclusivement avec des bambous. Des bols en bambous, des couverts en bambous, des casseroles en bambous et du feu réalisé avec des bambous. Notre second guide est un as de la machette, en quelques coups précis il fait des choses incroyables. Je pense que si j’avais une trentaine de doigts (à chaque main) et 4 ou 5 bras, j’arriverais peut-être à faire un quart de ce qu’il a fait. Et peut-être même qu’il me resterait un doigt ou deux sur un bras…

Clo commence à réellement fatiguer. Je le vois dans ces yeux suppliants, je le vois dans son attitude, elle se tient moins droite, elle traine un peu plus les pieds, elle se prend toutes les lianes qui trainent par terre, elle tombe même dans les pièges laissés par la pluie (des chemins de boue glissants). Elle me regarde après une énième chute et me dit : “il est temps que ça s’arrête, j’en ai marre et j’ai faim”.

Et pour preuve, je pensais avoir entendu un orage au loin dans la montagne, il s’agissait en fait du ventre de Clo qui criait famine. Même les guides ont accélérés pour le pas pour se protéger de ce qu’il pensait être l’orage.

On s’arrête pour faire à manger, assis tranquillement sur des énormes feuilles de bananes. On a vu comment ils s’y prenaient pour faire cuire et bouillir l’eau avec des bambous. C’était vraiment une belle expérience et le repas était délicieux.

DSC_0626 On se remet en route pour une petite demie heure. Et en effet, une demie heure après, on arrive à la fin du trek où notre truck nous attend. Quelques kms plus loin, on s’arrête dans une source d’eau chaude naturelle (87° et ça bout).

On se prélasse dans la piscine à côté, on remet nos habits bien sales et on rentre dans notre GH pour prendre une bonne douche.

Le soir, nous avons rencontré Jeremy; un français étant sur Chiang Rai depuis presque un mois. Il vit son petit trip bien tranquillement et n’embête personne. Nous avons été manger ensemble sur une place remplie de Thaïs regardant le match de foot Argentine-Allemagne.

J’ai pu goûter des insectes. Malheureusement pas d’appareil photo pour immortaliser ça, mais je dois bien avouer que c’était super bon. J’en ai même repris plusieurs. ça croustillait et ça avait très bon gout, comme des petits chips grills mais légèrement plus naturels :-). La prochaine fois (car il y en aura une), je m’arrangerai pour avoir des photos.

Demain, nous repartons finalement sur Chiang Mai.

Clo & Mich

Advertisements
 

2 Responses to “Jour 12 – LE trek (fin)”

  1. marie-charlotte Says:

    ET bien il a l’air bien sympatique le trek que vous avez vécu, fatiguant certe mais surement magnifique comme je peux lire… Et pas de grosses bêtes ou arraignées effrayante tout le long de ce trek??
    Bonne continuation a vous deux… bisous!

    • mitchb2102 Says:

      Si une énorme araignée, mais je ne l’ai pas vue.
      Une luciole au dessus de ma tête pour dormir.
      Sinon juste mangée par les moustiques, mais je ne les ai pas vus.
      J’espère qu’en France tout va bien, remets notre bonjour à Roro.
      Gros bisous


Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s