Le blog voyage de Clo & Mich

All about our future trips

Cambodge (J-11) Le rodéo Mobylette avec Sam ! July 2, 2011

Filed under: Cambodge,Voyage — mitchb2102 @ 5:01 am
Tags: , , ,

Nous logeons “chez Sam Battambang”, il nous a été conseillé sur différents forums. Sa femme et lui sont français, lui est né ici au Cambodge et il s’est déjà fait une sacrée réputation ici. Il est connu pour emmener les touristes que nous sommes hors des sentiers afin de nous faire découvrir la région différemment.

Hier soir, j’ai passé mon permis mobylette Asiatique avec succès ! Vu que tout le monde ici vit avec des tongues en permanence, il n’est pas possible d’avoir un passage de vitesses comme partout ailleurs (un coup en bas, le reste en haut). Ici, les 4 vitesses se passent vers le bas. Quand tu veux rétrograder, ça se passe de nouveau vers le bas mais la pédale de changement de vitesse comporte deux côtés, malin n’est-ce pas !

 

Nous partons donc le matin faire le tour des métiers tout autours de Battambang. Sam nous arrête dans un temple pour nous raconter comment les défunts sont traités.Les corps sont brulés sur un bucher. Une fois terminé, la famille ramasse tous les petits os qui restent et les met dans une urne. La tradition veut que celui qui retrouve les dents aura de la chance. On assiste donc, lors de la cérémonie, à une ruée vers les dents. Il nous raconte aussi un peu l’histoire de la période des Khmers rouges. Nous continuons ensuite notre tour, on voit la fabrication DSC_0135artisanale d’une espèce de riz au lait de coco cuit dans du bambou (un délice), il nous explique un peu quelques arbres, comment ceux-ci sont utilisés pour se droguer. Non on n’a pas testé, ça fait tomber les dents. On continue par la fabrique de la pâte de poisson & de la sauce poisson qu’on aime tant. Heureusement pour vous, les odeurs ne sont pas retranscrites, c’est carrément l’horreur. On visite une fabrique artisanale de bateau de pêcheur, de feuille de riz pour faire les nems, de poterie qui servira de moyen de cuisson pour les Cambodgiens, d’une rouleuse de cigarette à la main et d’une ancienne maison également. On nous invite même pour manger là-bas, on ne refuse pas. On y a mangé la fameuse pâte de poisson avec des œufs de poissons et c’était pas mauvais du tout, j’en ai même repris plusieurs fois !!!

 

Tout ça, c’était l’échauffement. Pour l’après-midi, on va emprunter des chemins un peu plus difficile, DSC_0200on va visiter la campagne et faire une boucle de plus ou moins 140 kms. Mais avant ça, on doit signer la décharge que Sam nous donne. ça donne un peu une idée de ce qui nous attend Sourire. On met des habits déjà bien sales, on met une bonne couche de crème solaire, on met nos foulards sur le visage pour éviter la poussière et on part ! Après quelques kms sur les routes asphaltées, on tourne à gauche pour rentrer dans les terres. Il ne s’agit plus que de la piste rouge, remplie de trous énormes qu’il faut éviter en zigzaguant de droite à gauche. Il faut également rajouter que l’on doit éviter les quelques camions que nous croisons et qui roulent comme des fous.

 

On s’arrête assez vite pour admirer le paysage et faire quelques photos.DSC_0214 Sam nous explique également comment fonctionne les rizières. La terre est complètement retournée, elle est remplie d’eau. On y met tout plein de canards pour qu’il batifolent dedans et fassent de gros cacas. ça donnera plein de bon engrais pour la pousse. Ensuite on sème le riz qui va pousser très très serré. Après un certain temps, on arrache tout le riz et on le repique en plus espacé pour qu’il puisse grandir. On dit donc que pour 1 hectare semé, on pourra faire pousser au final 3 hectares. Pas besoin de me dire merci pour les explications, elles étaient données de bon cœur.

 

Prochain arrêt, le lac. Il est normalement prévu d’aller se baigner dedans mais avec le petit problème de pied de Clo, on ne fera qu’aller le voir. La vue est DSC_0222franchement magnifique mais elle ne donne pas envie de s’y baigner. Il est rempli d’une espèce de tourbe. On aperçoit un pêcheur qui semble avoir toutes les difficultés du monde à faire avancer sa barque. On en profite en tout cas pour acheter des bananes qu’ils font frire (un vrai délice !!!) ainsi qu’une fleur de lotus. Pour la manger, il faut déchirer la fleur qui a un peu une texture de caoutchouc, à l’intérieur il y a plein de graines qu’il faut à son tour casser. On mange ce qui se trouve à l’intérieur de tout ça (un vrai délice également !!!). Il a un tout petit peu plu sur le trajet, avec notre mobylette de “compèt”, on n’arrête pas de partir du pneu arrière, on fait donc très attention.

 

On fait demi tour pour emprunter un autre chemin légèrement accidenté. On va passer devant des champs de pommes de terre douces, de cacahuètes et une troisième chose que j’ai oublié. Comment ça pousse des cacahuètes ??? Je suis sur que certains vont vouloir regarder sur Internet pour le savoir. Nous en tout cas, on ne le savait pas du tout. Alors voici la réponse pour votre culture générale à tous. Elle pousse dans le sol, il faut l’extraire de la terre pour obtenir la DSC_0243cacahuète. ça vous en bouche un coin n’est-ce pas !!! Non ? Bon et bien ce n’est pas grave. On s’arrête ensuite dans un tout petit mini rikiki village où quelques adolescents jouent au volley. D’autres vaquent à leurs occupations. Ils fabriquent du charbon de bois. Nous allons voir les énormes fours qui servent à ça. Une fois encore, on se rend compte à quel point le Cambodge est pauvre. Mais malgré le fait que ces gens n’aient rien, ils s’ont d’une gentillesse incroyable. D’ailleurs, j’ai une autre question pour vous. Oui je sais, je vous met à contribution sur ce poste, vous n’aurez qu’à vous plaindre à l’auteur si ça ne vous convient pas. On voit tout le temps partout les petits garçons tout nu, alors qu’on ne voit jamais les filles nues, savez-vous pourquoi ???

 

On repart à nouveau admirer cette splendide région. Les couleurs sont magnifiques, les paysages DSC_0265sont à couper le souffle. C’est vraiment beau et nous sommes très contents de faire cette petite balade. On emprunte une piste qui vient d’être toute refaite. Les gens travaillent dans les rizières, d’autres pêchent avec des cannes de 10 m de long. Nous, on passe notre chemin tout en ayant la mâchoire qui pend tellement tout ça est beau. On arrive près d’un coin où Sam nous propose de faire une photo de nous en pleine action sur la mobylette. On ne se fait pas prier. On fait demi tour, on va bien prendre son élan et à fond les manettes. Avouez qu’on a la classe internationale dessus Sourire

 

L’heure tourne et on va entamer le chemin du retour. On va faire un arrêt par un temple qui n’est pas encore ouvert au public. De là, on pourra avoir une vue à 360° de toute la campagne environnante. On enfourche donc la moto et on part. Sauf qu’on est arrêté par des travaux. Ils sont en train de refaire la piste. On se met donc sur le bas côté le temps que le camion déverse la terre et les grosses pierres. Il va ensuite faire demi tour et roule sur ce qu’il vient de déposer histoire de tasser un peu tout ça. Je me dis que jamais on ne saura passer par là mais Sam nous assure que si. Je préfère quand même que Clo aille derrière lui plutôt que moi, je serai plus à l’aise et en cas de chute, je serai seul ! Au final, ça se passe bien. Il n’y a que mes bijoux de famille qui ont été pulvérisés mais sinon je ne m’en suis pas trop mal sorti. Je reprends ma Clo et on file vers le temple.

 

En théorie, on devrait monter là-haut à pied. Mais comme je vous l’ai dit, Clo a un petit problème à son pied et elle ne peut pas marcher, en tout cas le moins possible. Sam nous dit donc qu’on peutDSC_0301 grimper à mobylette. Il faut juste bien calculer son coup. A fond de première, à fond de deuxième. Une fois en plein dans la montée, à fond sur le devant de la moto, on remet la première et toujours à fond. J’ai du, dans une autre vie, être pilote de motocross. Je ne suis pas peu fier de dire que j’ai assuré sur ce coup là. On est arrivé au dessus du premier coup, sans pousser, sans mettre le pied à terre, rien de rien. Et oui, vous pouvez applaudir bien fort. Merci merci Embarrassé! Oh ça va, je n’ai pas non plus terminé le Dakar, quelques clappements de mains suffisaient.

 

On en profite pour manger notre “riz au lait” acheté ce matin. Sam nous explique comment ouvrir le bambou pour le manger. On se régale, ce petit encas est vraiment bourratif et délicieux. ça m’a rappelé à quel point le riz gluant au lait de coco et mangue de Thaïlande est bon. J’en ferai d’ailleurs quand je rentrerai en Belgique. Si c’est réussi, je vous ferai gouter. On va aller voir le dernier centre d’intérêt de la journée. Indices : il (le truc qu’on va aller voir) est vraiment mal aimé. Il n’est pas très beau, il est aveugle, il a un sonar pour se repérer. Il ne sort que la nuit. Si tu rajoutes man, il protège Gotham City des méchants … Bon vous l’aurez tous devinés, on va aller voir la sortie des chauves-souris. En théorie on est à la bonne heure pour en voir sortir des milliers. Il est même prévu de se DSC_0316mettre en plein dans le flot pour le fun. On doit juste bien se protéger car leurs excréments sont remplis de bactérie. Clo a décidé qu’elle restera sur le côté, moi par contre je dois absolument le faire! Malheureusement, il y avait un mariage près de la grotte, ou alors on est arrivé trop tard, nous ne le saurons jamais. Des dizaines de chauves-souris sortaient encore du trou mais ça n’a rien à voir avec ce qu’on aurait du apercevoir. Je suis assez déçu mais bon, il n’y a pas mort d’homme. ça ne m’a pas empêché d’en recevoir une sur l’épaule ! On les observe quelques minutes puis on repart.

 

Il fait déjà presque noir et le chemin du retour va être long. Les routes ne sont pas éclairées ici. Nos mobylettes ont des phares ridicules qui n’éclairent rien. Les voitures roulent comme si elles étaient seules sur la route. Et il faut rajouter que les chiens sont sur la route comme sur le bas côté. On doit donc passer son temps à freiner et klaxonner pour les faire déguerpir. On arrive enfin chez Sam, on est heureux de cette magnifique journée passée ici avec lui. Je le conseille à tout le monde, n’hésitez pas une seule seconde à faire appel à lui.

 

Mais ! Il est bête ou quoi ! Il nous a posé une devinette sur le cul nu des petits mecs et il n’y a même pas répondu. Si j’ai fait ça, c’était pour être certain que vous liriez le poste jusqu’au bout, malin n’est-ce pas Sourire. S’ils font ça, c’est tout simplement parce que les garçons jouent tout le temps dehors, dans la poussière et la boue. Ils sont beaucoup plus cochons que les petites filles. Ils ont peu d’habits et donc c’est plus économique qu’ils restent nu, il n’y a rien à nettoyer ni à réparer comme habits.

Obstacles sur la route …

Clo & Mich

Advertisements
 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s