Le blog voyage de Clo & Mich

All about our future trips

Inde (J-1) Mamallapuram February 15, 2012

Filed under: Inde,Voyage — mitchb2102 @ 2:37 pm

A peine atterri sur le territoire Indien, nous nous précipitons pour effectuer une petite chose très bête et très simple : enlever nos chaussettes et mettre nos tongs ! Car oui, ici en Inde il ne gèle pas, il fait chaud et humide.

On se remet directement dans le bain et nos bonnes habitudes nous reviennent. On ne va surement pas payer l’équivalent de 7€ pour se rendre à la gare des bus !!! Un anglais nous a donné les numéros de bus locaux qu’il faut prendre pour se rendre jusque là. C’est assez facile, il suffit juste de trouver le bon bus…Les bus sont plein à craquer, il en arrive un toutes les 30 secondes mais aucun n’est le bon. Pas question non plus d’obtenir une réponse des gens à l’arrêt, ils ne parlent pas anglais. Quelques minutes après, on se rend compte que tout compte fait, on va payer le taxi Sourire. C’est un échec mais rien de grave, qui ne tente rien n’a rien.

Nous voila arrivé à la station de bus, on monte directement dans un vieux brol tout branlant en direction de notre première destination en Inde, j’ai nommé : “Mamallapuram”.

Sur la carte, le trajet n’est long que de quelques dizaines de kms. En pratique, elle doit être à l’autre bout du monde. 2h30 pour effectuer ce trajet. Clo qui était fatiguée du vol en avion roupillait tranquillement à l’arrière du bus. Pour ma part, je m’étais déjà fait un pote Indien chauffeur de bus DSC_0028qui s’intéressait à notre vie. Il était bien sympa le garçon, mais pour le comprendre, il fallait s’accrocher. Je me souviens d’une prof à l’école qui nous répétait sans cesse que la prononciation en anglais était très importante si on voulait se faire comprendre. Elle aurait du tous nous emmener en stage en Inde pour que l’on comprenne réellement cette nécessité.

Un truc incroyable auquel on doit s’habituer, le trafic et les coups de klaxons. J’ai fait quelques vidéos pour que vous puissiez vous en rendre compte mais je ne saurais les poster pour l’instant car les connexions sont très mauvaises et souvent inexistantes. ça roule dans tous les sens, ça klaxonne en permanence, les accidents se comptent à la pelle, enfin ça c’est ce que nous, européens, on pourrait croire car au final ça passe tout juste, à n’y rien comprendre !

On s’installe très rapidement dans notre première guest house recommandée par le Lonely ET par le routard. Ouep, vous avez bien lu. On a DEUX livres avec nous, pour être DEUX fois plus performant, DEUX fois plus au taquet, DEUX fois plus mieux, tout simplement (merci Kate pour le prêt Sourire).

Si nous avons décidé de passer notre première nuit là-bas, c’est pour une chose ==> la boule.

Le nom pourrait vous faire penser à Fort Boyard, mais rassurez-vous, notre temps n’est pas écoulé, nous n’avons pas échoué ni atterri en prison. La boule est toujours dans son fort et nous sommes toujours en Inde.

La boule, plus communément appelée “la boule de beure de Krischna” est ce rocher que beaucoup de personnes ont déjà du voir en carte postale qui repose en équilibre sur une petite colline. On profite donc des premières heures de l’après-midi pour aller manger un petit bout et pour se balader au bord de la mer en se faisant sans cesse houspiller par des vendeurs ambulants mais on essaye de faire abstraction. Le repas était très sympa, on a tapé la discute avec un Suédois un peu bohème qui voyage depuis huit ans en Inde pour apprendre la médecine traditionnelle Indienne.

L’heure est venue, il est aux environs de 16h30 et c’est le moment idéal pour aller voir le rocher. Et bien, croyez le ou non, mais sur carte postale, elle était jolie, en DSC_0054réalité elle l’est encore plus ! Ce qui gâche un peu le site, c’est la saleté. Mais en Inde, il y en a partout. On prend un tas de photo, on s’émerveille devant les rochers sculptés, on rigole de voir les singes et les chèvres se promener partout. On arrive ensuite devant la boule pour faire les photos traditionnelles, on est pile poil au bon moment, il n’y a pas grand monde.

On repart ensuite tranquillement pour profiter encore un peu de la journée, pour manger un dernier morceau et se mettre au lit. Cela fait plus de 24h que je suis debout et maintenant ça commence à être vraiment dur.

Clo & Mich

 

ps : demandez un autographe à Clo en rentrant, c’est une super star ici ! Plusieurs personnes l’ont déjà photographiée à son insu, voire même en flagrant délit et ils partaient en rigolant. Moi par contre…rien du tout, ma coupe de Beejees doit y être pour quelque chose Sourire

Advertisements
 

2011 – Statistiques January 1, 2012

Filed under: Uncategorized — mitchb2102 @ 3:46 pm

The WordPress.com stats helper monkeys prepared a 2011 annual report for this blog.

Here’s an excerpt:

A New York City subway train holds 1,200 people. This blog was viewed about 5,300 times in 2011. If it were a NYC subway train, it would take about 4 trips to carry that many people.

Click here to see the complete report.

 

Thaïlande (J-19/21) Ao Nang, on y mange de tout ! July 13, 2011

Filed under: Thailande,Voyage — mitchb2102 @ 3:20 am

Ahhh je me sens bien, avant de partir j’ai pu serrer Taya dans mes bras Rire Rire Rire.

Vous n’imaginez pas quels risques je prends en écrivant cette ligne. En même temps, après avoir frôlé la mort de près à Koh Phi Phi, je n’ai plus peur de grand chose.

Ao Nang se trouve un peu plus bas que Krabi, il parait que la plage y est bien mieux. On voulait d’abord aller sur Railay mais le temps est fort changeant. Nous avons lu que s’il pleut, il vaut mieux être sur Ao Nang afin de pouvoir faire des choses plutôt que d’être perdu de l’autre côté.Il faut savoir que le seul moyen pour y accéder est en bateau. Donc, on se dit qu’on va aller passer une nuit à AoDSC_0160 Nang, si le temps se remet, on ira peut-être se perdre plus loin. S’il fait trop mauvais, on retournera plus dans le Nord dans la Thaïlande. C’est ça de n’avoir rien prévu, on peut faire ce que l’on veut quand on veut où l’on veut.

Le trajet jusque là nous enchante déjà. Les paysages sont vraiment somptueux. Des énormes rochers de calcaire sont disséminés un peu partout. Ils sont pour la plupart recouvert d’une végétation luxuriante, c’est tout simplement magnifique. Notre hôtel sélectionné se trouve un peu à l’écart, il s’agit de l’Ao Nang Cliff View Resort. Il s’agit de petites maisons séparées par une énorme végétation. Il se trouve au pied de deux gigantesques rochers, il possède piscine, sauna et salle de sport, top classe !

Pour notre premier jour, ce n’est pas très réussi. On est allé en ville une petite heure mais la pluie est ensuite apparue. Elle ne nous a plus lâché de la journée/soirée. On a juste été faire une petite baignade dans la piscine histoire d’en profiter un peu. La nuit, le temps ne se calme absolument pas. Orage, pluie, coupure de courant, pluie, pluie, pluie, …

Avec tout ce qu’il vient de tomber, la journée d’aujourd’hui devrait être plutôt sèche. On loue une mobylette pour se rendre à Krabi, on doit aller à la gare des bus pour obtenir les informations pour notre prochaine destination. On enfourche donc la bécane qui dépasse difficilement les 50 km/h en descente … C’est un vrai bonheur de partir sillonner les petites routes avec Clo derrière. On profite du paysage, on s’en met plein la vue. Les gens ici sont en plus d’une grande gentillesse ; ils disent bonjour en thaï déjà, ils sourient, ils vous renseignent, …. On retrouve un peu les gens que nous avions laissés l’année dernière.

J’ai repéré sur un panneau “Tiger Cave”, pas de doute possible. Il existe quelque part une cave remplie de tigres, il faut que je vois ça! C’était sans compter sur la fâcheuse tendance de mettre un panneau en anglais : “Destination X –> 4km”. Bien sur, toi tu tournes à droite tout confiant, en entendant déjà les tigres rugir, sauf que 4 kms plus loin, plus aucun panneau. Ni 3 ni 5 ni 10 kms plus loin, PLUS DE PANNEAUX Fâché. J’ai beau tendre l’oreille (des tigres qui rugissent dans une cave, le son doit se répercuter à des kms à la ronde non ???) mais malheureusement je n’ai pas réussi à la trouver ni à les entendre d’ailleurs.

 

DSC_0103Pas grave, sur le chemin j’ai repéré une route qui me semble assez sympa. Il y a une indication pour des chutes d’eau, on va essayer.

On passe encore à côté de nombreux rochers et Clo me demande de nous en rapprocher au maximum. Je repère donc un chemin qui rentre dans les terres et je m’y engage. Je sais que je me répète mais depuis le Cambodge, je n’ai plus peur de rouler n’importe où en mobylette. En effet, on est vraiment près de ceux-ci. On rencontre quelques locaux qui travaillent à gauche à droite, ils nous sourient, semblent très étonnés de nous voir. On s’arrête pour une petite séance photo, on profite de l’instant présent, tout est parfait. On lève la tête et on voit de nouveau le ciel qui s’assombrit … ok, on va mettre les gaz pour sortir de ces chemins de terre car s’il se met à pleuvoir, on ne saura jamais repartir de là. A peine le temps de se mettre en route, c’est la pluie de mousson qui nous tombe dessus. On fonce à travers le chemin, on arrive sur la route et en face on voit une maison. On traverse la route, on traverse leur jardin, on regarde la vieille dame qui nous dit qu’on peut se mettre en attendant. Il est vrai que l’on s’est légèrement imposé mais c’est le temps qui en avait décidé ainsi.

 

Les gentilles personnes qui nous ont accueillies

 

On attend donc sous le toit mais la pluie redouble, la dame nous invite donc à l’intérieur de sa maison. Elle ne parle pas un mot d’Anglais, elle n’arrête pas de rigoler, elle va même nous chercher des chaises et de l’eau. On essaie de communiquer du mieux que l’on peut mais ce n’est pas facile. Son fils vient un peu plus tard nous rejoindre, il ne parle toujours pas anglais non plus. On comprend quand même qu’elle a 3 fils. Elle me prend par la main et m’emmène au fond de la maison. Elle me présente son mari qui est couché, il semble malade … Je retourne m’assoir près de Clo et à côté de nous, il y a un Jack Fruit. Je ne sais pas si vous connaissez mais c’est un fruit qui sent les pieds, l’odeur est vraiment infecte. Il parait quand même que le gout est moins insupportable mais on ne l’a jamais essayé.

DSC_0111Bien sur, ce qui devait arriver arriva. La dame n’arrêtait pas de nous montrer le fruit et nous faisait le geste de le manger. On disait toujours poliment non non non, on n’a pas faim. Mais son fils a ouvert le fruit devant nous, en a mangé un petit peu et me l’a passé !!!!!! Il me l’a passé à moi, il n’aurait pas pu le donner à Clo en premier ! Quelle impolitesse ces gens, ils ne savent pas que ce sont les dames en premier normalement ? Je ne pouvais pas faire déshonneur, alors j’en ai pris une toute petite partie. Franchement, c’était à vomir. La texture pour commencer, c’était aussi gluant qu’un mollusque, c’est blanc visqueux, ça plaque, l’odeur est mortelle. Faites un trekking d’une semaine sans changer de chaussettes, vous aurez peut-être une petite idée. Je l’ai quand même fait, j’ai mangé le morceau que j’avais pris. Je l’ai même mâché histoire de me faire une vraie idée et sincèrement le gout en bouche n’était pas aussi dégoutant que ça, légèrement sucré même. Bien sur, j’ai directement bu un grand verre d’eau après et je n’en ai plus repris. Clo n’a même pas essayé, voir ma tête lui a suffit. Ils ont bien rigolé en tout cas en me voyant. Je m’avance un peu dans le récit mais pendant des heures entière, j’ai fait des renvois de Jack Fruit, je ressentais celui-ci en permanence, à vomir (j’espère que personne ne mangeait en lisant ce poste).

Pour vous dire à quel point ces personnes étaient gentilles, ou alors elles voulaient me récompenser d’avoir mangé ce truc immonde, allez savoir, elles nous ont données à Clo & à moi un petit médaillon représentant un moine bouddhiste. C’est incroyable quand même, ils n’ont rien du tout et ils donnent encore quelque chose. Franchement, ça nous a beaucoup ému. On leur a donné une petite boite de chiques que l’on avait acheté, ils étaient très content.

 

Notre départ, ou devrais-je dire notre fuite 🙂

 

La pluie s’est calmée mais pas arrêté, on décide de reprendre notre chemin. Tant pis pour les cascades, tant pis pour la tiger cave, on va rentrer. Sur le chemin, on s’arrête sur un petit marché local où j’achète toutes mes petites bêtes. Je participe également à un jeu. Je dois faire éclater 8 ballons avec 8 flèches. Si je réussi, je pourrai gagner un cadeau ultra kitch (le cadeau du concours peut-être).

Je lance la première flèche, boum. Deuxième flèche, boum. Troisième flèche, boum. Quatrième flèche, boum. Cinquième flèche, boum. Sixième flèche, boum. Septième flèche, boum. La dame me regarde d’un mauvais œil, à mon avis elle ne s’attendait pas à ce que je réussisse jusque là. Je lance la huitième flèche mais à ce moment elle me déconcentre et je rate la cible. Je m’énerve et lui dit que c’est vraiment honteux de tricher ainsi. Je tiens à être remboursé, j’élève même la voix car je ne peux tolérer un tel comportement. Je me mets même à râler et bouder, je pense être tout à fait dans mon droit. Non mais c’est quoi ces manières, j’ai participé, je me suis bien débrouillé et voila qu’elle me fait rater, pffffffffffff. Flashback, dès la première flèche, j’ai visé à côté … je n’en ai réussi que cinq sur huit, il n’y a jamais eu de triche de sa part…Quand je me relis, je trouve que mon histoire sonne plutôt bien.

 

DSC_0141On rentre ensuite sur Ao Nang où je vais profiter de la mer. Celle-ci est autant déchainée que sur Lanta mais au moins la plage est propre. Je joue comme un grand gamin à me faire retourner par les vagues pendant que Clo lit tranquillement son livre sur la plage. On repart ensuite dans notre resort profiter encore un peu de la piscine. Le soir, on va manger dans un petit buibui remplit de thaïs, on se régale. On descend ensuite voir la ville de nuit. On s’arrête sur les escaliers bordant la plage, le ciel est dégagé, la lune est quasi pleine, les vagues nous lèchent presque les pieds, le bruit des vagues qui s’écrasent est enchanteur, on partage ce petit moment de bonheur tous les deux bras dessus bras dessous en toute simplicité.

 

Clo & Mich

 

Thaïlande (J-17/19) Koh Lanta, la Déception July 10, 2011

Filed under: Thailande,Voyage — mitchb2102 @ 3:18 am

Pas de speed boat ce jour pour se rendre directement de Phi Phi vers Lanta. On prend donc un bateau pour Krabi suivi d’un mini van vers Lanta. On doit prendre deux fois un bateau pour nous faire traverser ce qu’il y a d’eau. On arrive sur Koh Lanta, on pense directement à notre émission préférée sur TF1.

On a sélectionné notre logement sur base de TripAdvisor. Il s’agit de Long Beach Chalet, un petit resort tenu par une famille de Thaïlandais. Tout le monde vante la gentillesse de ceux-ci ainsi que la DSC_0028nourriture de la maman. On arrive donc sur le coup de 13h je pense et nous sommes accueillis par Tam (le frère) et Taya (la jolie sœur). Oops, le mot m’a déjà échappé. Je vois Clo qui me regarde du coin de l’œil, les dents sont déjà sorties, elle est prête à mordre… J’essaierai donc de ne plus faire allusion à cette jolie créature, aieeeeeeeeeeeeee ! Fini, promis, juré, je ne le dirai plus. Allez voir vous même si vous voulez vous faire votre propre idée.

Notre chalet est magnifique, je pense que de tous les logements que l’on a déjà fait ici, c’est le plus beau. Il est décoré avec gout, il est simple, propre, de belles couleurs, bien agencés, bref parfait. On dépose nos bagages et on se précipite sur la plage qui se trouve à une 50aine de mètres d’où on loge.

Le drame … je ne vois pas comment je pourrais écrire autrement ce qu’on a ressenti. Ce qu’on ne savait pas, ce que l’on ne nous avait pas dit, ce que l’on ne trouve pas comme information sur internet facilement, c’est que pendant la saison des pluies, Koh Lanta attrape toutes les poubelles des iles alentours. La plage, sur toute sa longueur (elle fait des kms quand même), est jonchée de débris en tout genre. Du simple morceau de plastique au tesson de DSC_0012bouteille. Il est donc impossible de s’y baigner, il serait beaucoup trop dangereux de le faire.

On loue donc une mobylette pour aller explorer toute la côté de l’ile.Elle est assez classe je trouve, elle est rose. On a deux casques roses en plus, en parfaite harmonie. La pink team en action, c’est moi qui vous le dit! On trouvera peut-être un endroit où c’est plus propre.  Malheureusement, toutes les personnes que l’on rencontre nous disent toutes qu’il n’y a pas un seul endroit propre ici. On tente notre chance mais effectivement, rien n’est concluant. Enfin pour cette journée ce n’est pas très grave, on a fait une chouette balade en mopette. Clo a même conduit, elle s’est assez bien débrouillée, voyez par vous même !

 

 

DSC_0057Le soir, on mange au chalet. C’est la mère de Tam & Taya qui cuisine. Ils ont tous vécu pendant 8 ans à Birmingham, ils tenaient un restaurant là-bas. Sa maman a pour habitude d’aller acheter de la nourriture fraiche au marché le matin et de concocter des plats qu’on ne mange habituellement pas. C’est la stricte vérité, tout ce que l’on a mangé pendant ces deux jours, on ne l’avait jamais gouté avant. C’était un délice, on a même hésité à rester plus longtemps ici rien que pour la nourriture. J’ai proposé à sa maman de rentrer en Belgique avec nous. Elle a bien rigolé mais n’était pas tellement d’accord, dommage Sourire.

Le lendemain, on repart en exploration. Il parait que la Bamboo Beach est propre. Elle se trouve à l’extrême Nord ou Sud (aucune idée) de l’ile. Pour y accéder, on passe par DSC_0024un chemin rempli de pierres et de boue. Heureusement qu’on avait roulé avant au Cambodge, on avait l’habitude. Sur le chemin, on s’arrête car des dizaines de singes sont sur la route et sur le côté. On les observe, on les prend en photo et on continue notre chemin. Après quelques kms assez dangereux, on arrive en effet à la Bamboo Beach. Elle semble moins sale que les autres, mais ce n’est quand même pas encore très propre. La mer est en plus assez déchainée ici, il y a pas mal de rocher. On ne va pas prendre le risque de se faire mal, ça serait vraiment bête.

 

On repart donc “rider” à travers toute l’ile. On s’arrête chez un peintre et on craque non pas sur une, mais sur deux peintures. Tant pis après tout, autant se faire plaisir. Vu qu’on n’arrive pas à choisir celle qui nous plait le plus, on prend les deux. Oui, on est comme ça nous !

On avait au départ prévu de passer 4 nuits ici mais on va repartir dès demain matin. Tam & Taya nous comprennent parfaitement. Ils nous aident pour réserver une navette. On va aller voir du côté d’Ao Nang si l’eau et la plage sont meilleures.

Clo & Mich

 

Thaïlande (J-13/17) Phi Phi ou les dents de la mer July 5, 2011

Filed under: Thailande,Voyage — mitchb2102 @ 2:16 am

On est quand même les champions des marathons voyages je trouve.

Nous sommes partis à 5h du matin de Siem Reap au Cambodge et nous sommes arrivés sur Koh Phi Phi en Thaïlande le lendemain aux alentours de 14h ! Un mini bus pour faire Siem Reap – Bangkok, DSC_0374encore un Michael Schumacher en herbe. Un passage par la frontière nous a laissé la même impression qu’à l’aéroport, qu’en Allemagne, etc etc. A croire que tous les agents ont été à la même école. Pas de bonjour, pas de sourire, pas de paroles, le seul moyen de communication est de taper du doigt sur le bureau … Ensuite un bus de nuit pour faire Bangkok – Krabi, trajet horrible où on te prend pour de la viande, mais de la viande riche (euros ou dollars). Ensuite un bateau pour faire Krabi-Phi Phi. ça nous a fait un long trajet et nous sommes légèrement fatigués. ça tombe plutôt bien car nous sommes ici pour nous reposer !

En théorie, le côté ouest de la Thaïlande (la mer d’Adaman) est à bannir durant la saison des pluies car la mer y est fort agitée et le temps est très maussade. Nous, on s’est fié à la météo trouvée sur Internet qui semble dire que le temps est meilleur de ce côté ci pour l’instant ! Ce que je peux vous dire, c’est qu’elle ne s’est pas trompée ! Il fait un temps merveilleux.

Quand on pose les pieds sur cette ile, on est tout de suite émerveillé par la beauté de celle-ci. L’eau est d’un bleu turquoise incroyable. Elle est transparente, on y voit tous les poissons et le fond de la mer. On a décidé d’aller loger sur la “Long Beach”, un peu à l’écart de la ville. On évitera ainsi tous ces touristes qui se bourrent la g… le soir. Bon choix ou mauvais choix, aucune idée en fait. Bon choix car l’endroit est assez déserté des touristes, mauvais choix car si on veut aller en ville il faut dans tous les cas prendre un bateau ou marcher à travers la jungle. Bon choix car la plage est splendide, on peut faire du snorkeling sans devoir se déplacer au préalable en bateau, mauvais choix car ce côté de l’ile est sur la ligne de passage des speed boats, on a donc droit toute la journée au balais incessant de ces petites barques qui font un bruit d’enfer.

Il n’y a pas grand chose à dire sur ces 4 nuits passées ici. C’était DSC_0001très sympa d’avoir une mer et une plage aussi magnifique, le temps était de la partie et on a bien pu prendre des couleurs. On a réussi à bien se reposer malgré tout et de plus, on a été upgradé dans notre hôtel. On s’est retrouvé dans un chalet avec vue sur mer, il était top ! C’est la vue de notre chambre.

Le troisième jour, j’ai décidé de louer un masque et un tuba pour aller faire du snorkeling. A une bonne centaine de mètres de notre plage (peut-être plus ou peut-être moins, je n’ai pas calculé le nombre de coup de palmes que j’ai donné), il y a un gros rocher. J’ai remarqué que beaucoup de touristes arrivent en bateau près de là et y plongent. Clo me donne les recommandations habituelles : “Ne pars pas trop longtemps, fais attention à toi, ne coule surtout pas sinon je ne saurai pas venir te rechercher”. Je lui fais la promesse solennelle que je serai le plus prudent des “snorkeleurs”. Je profite du paysage maritime, les fonds sont vraiment splendides. J’arrive sur ce gros rocher, je me repose quelques instants, j’en fais le tour pour voir s’il y a des choses intéressantes à voir et je repars.

C’est à ce moment là que j’ai failli trahir la promesse que j’avais faite à Clo. En effet, j’ai croisé le regard d’un requin. Que dis-je ! ils étaient en tout quatre. Ils se sont rapprochés de moi, la musique que tout le monde connait des dents de la mer a retenti dans mes oreilles. Ils ont ouvert leur gueule pour me happer mais j’avais lu qu’il fallait donner un coup de point sur leur nez pour les faire fuir, ce que j’ai fait vaillammeDSC_0375nt. Mes entrainements de boxe m’ont beaucoup aidé sur ce coup-ci. Bien sur, après toute cette dépense d’énergie, j’étais trop fatigué pour rentrer jusqu’à ma bien aimée. J’ai donc dompté le plus gros des requins, je me suis accroché à son aileron et il m’a ramené jusqu’au bord. Ouf, tout est bien qui finit bien !

Bon j’avoue … j’ai peut-être LEGEREMENT exagéré mon histoire, j’ai un peu de sang marseillais dans le sang Sourire. Mais je vous le jure, j’ai réellement vu des requins, ils étaient à pointes noires. Le plus gros devait faire un bon mètre. Ils étaient dans le fond tranquillement et je ne pense même pas qu’ils m’ont remarqué. En tout cas, c’était une bonne petite sortie. J’avais plongé l’année passée en espérant en voir et c’est finalement en faisant du snorkeling que j’en ai aperçu.

Voici une photo de moi après mes exploits…Les plus attentifs auront remarqué que je ne porte plus de masque/tuba & palme (mais là ils sont très très forts ceux qui le remarquent). Je les avais mis de côté le temps de faire la photo …

DSC_0393

Notre prochaine destination sera Koh Lanta, on va continuer sur notre périple des iles du côté de la mer d’Adaman, croisons les doigts pour que le temps continue ainsi.

Clo & Mich

 

Cambodge (J-12) Back To Siem Reap and Go to Hospital ! July 3, 2011

Filed under: Cambodge,Voyage — mitchb2102 @ 3:11 pm

Nous sommes de retour sur Siem Reap. Ce n’était pas vraiment prévu dans le planning mais le pied de Clo ne va pas vraiment mieux. Il n’est pas question de prendre des risques avec sa santé. La chaleur et l’humidité qui règne ici n’arrange en rien son cas. On avait déjà consulté une clinique à Battambang, enfin si on peut appeler ça clinique … mais les médicaments qu’on lui a donné ne semblent pas faire d’effets. Après avoir pris contact avec notre assurance, celle-ci m’a donné le nom de deux hôpitaux/cliniques qui ont été récemment validés par eux sur Siem Reap.

 

DSC_0326On a choisi d’aller à l’Angkor Hospital. On arrive là-bas, on remplit quelques formulaires et on patiente dans le salon. Quelques minutes plus tard, un infirmier nous appelle. Il prend les paramètres vitaux de Clo, tout est normal. Ouf, au moins un point positif. Ensuite arrive notre médecin cowboy. Petit médecin asiatique, lunette, grand sourire, pantalon des années 80, un look incroyable … Je lui explique ce que Clo a, ce qu’elle a déjà pris, ce qu’elle a déjà appliqué comme traitement etc.

 

Il porte des gants en latex (c’est important pour la suite), il regarde les deux pieds de Clo. Il prend en main son pied “malade” et retire presque sa main en disant “ouh, hot hot hot (chaud chaud chaud)”. Il prend l’autre et dit “cold cold cold (froid froid froid)”. Il reprend son pied et fait comme si ça brulait presque. Nous, on avait déjà senti les pieds de Clo et ils avaient ABSOLUMENT la même température. De plus, à travers ses gants il faut qu’il nous explique comment il fait. Il dit ensuite à Clo que c’est une grave infection, que ça peut remonte dans la jambe, que c’est un staphylocoque doré. Clo le regarde et lui dit qu’elle est infirmière et qu’on ne peut pas déceler ça comme ça sans faire aucune analyse. Il nous regarde avec son petit sourire uniquement et rigole.

 

Vient ensuite la phase de “soit tu craches les dollars de ta poche, soit c’est l’assurance”. Il nous dit que Clo devrait rester 3-4 jours en hospitalisation. Rassurez-vous cher(e)s lectrices/lecteurs, on était loin de devoir amputer le pied de Clo. C’est juste que, comme notre bon cowboy de médecin nous le dit avec son grand sourire (il faut l’imaginer), si on part, on devra payer la consultation et puis se faire rembourser en Belgique. Tandis que si elle accepte de se faire “hospitaliser”, ça sera l’assurance qui prendra tout en charge … Ahhhhhhhh la grosse arnaque quand même, il aurait vraiment bien voulu se faire de l’argent sur le dos de l’assurance, trop marrant. On lui répond que l’on s’en fout de payer maintenant, qu’il n’y a aucune justification à se faire hospitaliser. Alors il nous regarde encore avec son grand sourire et nous redit encore une fois qu’on peut ne rien payer si on reste.

 

Evidemment, on ne reste pas. On paye donc la consultation qui est revenue aux alentours de 285 dollars quand même. A ce prix là, Clo aurait pu espérer se faire consulter par le docteur mamourDSC_0328 (Grey’s Anatomy pour ceux qui ne savent pas de quoi je parle). On repart donc de là avec une tonne de médicaments à prendre. La seule recommandation qu’elle a eue est de ne pas marcher sur son pied. On va donc aller se reposer sur les iles, on s’accorde rarement des vacances farniente alors cette année ça sera l’occasion.

 

A notre retour dans la Guesthouse, nous avons été accueilli par un petit gecko. Je l’aurais bien repris avec nous mais je ne suis pas sur qu’il aurait survécu au transport …

 

Clo & Mich

 

[Hors Sujet] Ce Soir, Je Dors Seul …

Filed under: Nourriture,Thailande,Voyage — mitchb2102 @ 3:33 am

Ce soir, j’écris un petit billet légèrement hors sujet. Je ne sais pas si vous le saviez mais il existe différente façon de rester seul dans son lit le soir, de n’obtenir rien de sa/son bien-aimé(e). En bref, pour les mecs de risquer de dormir sur son piquet de tente toute la nuit.

 

La première méthode est une méthode très naturelle, vous avez mangé des pois chiches, du choux, vous avez une mauvaise digestion, bref … vous soulevez les draps la nuit. Parfois c’est bruyant et non odorant, parfois c’est discret mais carrément envahissant…

 

Une autre méthode serait, pour nous les hommes, d’être aussi robuste qu’un mollusque. Vous avez beau avoir toute la volonté du monde, rien n’y fait. ça reste désespérément aussi fort qu’un poulpe.

 

Il y a également le célèbre mal de tête que l’on ne doit plus présenter. Rien à dire, il est imparable après tout.

 

Une autre méthode encore, que j’ai testée ce soir car je me l’étais promis, est de manger certaines choses qui font fuir votre bien aimée. Je ne m’étais pas promis de ne rien faire ce soir avec Clo, mais plutôt de les gouter quand j’en aurais l’occasion.

Je ne saurais détailler très exactement ce que j’ai avalé mais il y avait du “pas bon” au “vomitif”. Une vidéo a été réalisée pendant toute cette “opération” malheureusement elle est beaucoup trop grosse pour être placée sur youtube. Ceux & celles qui passeront à la maison pourront la visionner s’ils le veulent Sourire.

 

Ci dessous, la petite sélection de bébêtes que j’avais acheté sur un petit marché local cet après-midi.

 

DSC_0226

DSC_0227DSC_0228DSC_0230

DSC_0231DSC_0235

 

Comme vous pouvez le remarquer sur la photo suivante, certaines passaient vraiment difficilement. Je n’ai pas toujours sur les avaler d’ailleurs, j’avais prévu un petit sachet sur le côté au cas où Sourire.

 

DSC_0236

 

Je me suis fait un petit verre blanc comme dans Koh Lanta, sauf qu’ici il était cuit et pas vivant. Je trouve quand même que c’est un bon début pour ma future aventure un jour peut-être.

 

DSC_0238

 

Et puis je dois vous avouer que les deux plus grosses, je n’ai pas oser les manger. J’avais eu ma dose de bonne bouffe pour la journée car j’ai déjà du faire un énorme effort cet après-midi. Je tâcherai de vous en parler quand j’écrirai le blog pour cette journée.

 

DSC_0239

 

Enfin bref, tout cela pour vous dire que je suis content de l’avoir fait, je ne mourrai pas idiot. Par contre, je suis caisse pour dormir seul dans mon coin. Ce n’est pas encore aujourd’hui que je serai calmé Rire.

 

Mich